Notre
savoir-faire

Le Soleil, le Vent, la Terre, la Provence, ses oliviers, sa vigne et son vin, Château Rasque, un héritage, un art de vivre. Largement ouvert sur ses 100 hectares de terre, le domaine témoigne d’une manière de vivre et de travailler où tradition, amour de la qualité et savoir-faire concourent au même but.

De la vigne
au verre.

Découvrir

La taille

La vigne est une liane, elle doit être taillée et palissée pour produire toujours plus de fruits que de bois. Pendant l’hiver, la vigne est en repos végétatif et la sève est descendue. La période idéale de la taille se situe donc entre janvier et mars, en évitant les périodes de gel.. Mais dans des régions comme la nôtre avec des météos parfois très douces, il est possible de commencer la taille de la vigne dès la chute des feuilles.

Tailler consiste donc à supprimer les bois inutiles de l’année précédente et à préparer la future récolte en guidant la croissance du cep. Il existe différentes tailles mais à Rasque c’est la taille « en cordon de royat » qui a été choisie : le pied de vigne est formé de 2 bras sur lesquels 2 coursons par bras sont conservés, chacun taillés à 2 yeux. La maturité est ainsi homogène car les raisins se retrouvent au même niveau avec une exposition souvent identique. La taille est un travail long qui doit être effectué chaque année, à la main avec des sécateurs électriques, cep par cep. Elle requiert un véritable savoir-faire. C’est un moment capital pour la vigne qui permet de nettoyer et renforcer le cep mais aussi de contrôler ses rendements et au final la qualité du raisin. Ce qui amène le vigneron à construire la réussite de sa future récolte. C’est pour ça que Sophie préfère chouchouter, elle-même, les vignes jusqu’à leur 4ième année ; année au cours de laquelle, le pied est définitivement établi et deviendra enfin productif.

01.

L'ébourgeonnage et palissage

L’ébourgeonnage a lieu entre le début et la mi-mai. L’opération consiste à éliminer tous les bourgeons (dits “ gourmands ”) non fructifères qui poussent sur les vieilles charpentes et risquent de détourner la sève des bourgeons principaux. C’est un travail fastidieux mais qui est capital et nécessite une bonne formation. De cette opération dépend la croissance de la vigne sur les deux prochaines années : mieux vaut ne pas se tromper. Cela permet également de réguler la production de grappes à venir et ainsi mieux maitriser les rendements. C’est là encore une opération manuelle qui se fait en plusieurs passages et fait appel au jugement du vigneron.

Vient ensuite le Palissage, consistant à séparer les rameaux entre eux et à les maintenir dans leur ordonnancement par des fils et des agrafes. L'intérêt est d'aider à la croissance de la vigne, puis la maturation des raisins, en permettant au soleil de mieux atteindre les feuilles. Cela permet aussi de faciliter le passage des engins entre les rangs de vigne et d'améliorer l'efficacité des traitements contre les maladies.

02.

Vendange

La vendange est la récolte du raisin destinée à la production du vin, mais pour nous elle représente plus que ça… La période des vendanges marque l’aboutissement d’une année de travail pour le vigneron et ses équipes. Le soin apporté à la vigne mais également les conditions météorologiques des mois écoulés déterminent la qualité du raisin et donc, de la récolte du nouveau millésime. Chaque vendange est différente de la précédente, en termes de maturité des raisins, de degré d’acidité et de degré d’alcool. Il est impératif de choisir avec justesse le bon moment pour vendanger.

Les vendanges s’étalent généralement sur le mois de septembre. Participer aux vendanges est l’occasion de découvrir l’envers du décor et ce qui se cache derrière une bouteille de vin. Ici, pas de machine, tout le travail de vendange est fait à la main. Avant de démarrer, la cheffe d’équipe rappelle aux vendangeurs les bons gestes de coupe et le soin qu’il faut apporter au tri des raisins. Cette sélection est le gage d’une vinification sereine en cave et d’une grande qualité de vin en devenir. Les vendangeurs s’installent dans les vignes 2 par 2, lignes par lignes. Chacun remplit avec attention son seau. C’est alors que fusent dans les vignes des appels incessants des porteurs demandant de venir vider leurs seaux. Les porteurs déchargent la récolte dans des caisses placées dans la remorque à l’arrière du tracteur. Une fois cette vendange ramenée par le tractoriste au quai de réception, le travail en cave peut commencer.

voir nos photos 03.

La vinification

La vinification permet d’élaborer notre vin. Chaque vigneron y apportera son savoir mais aussi ses équipements afin d’élaborer son propre vin. Le domaine de Rasque, tout étant doté d’équipements modernes, pratique des méthodes de vinification traditionnelles et douces qui respectent le raisin et valorisent l’âme du terroir pour en tirer sa meilleure expression !

La vendange manuelle ramenée au quai, et éraflée, sera accompagnée dans un échangeur tubulaire pour être refroidie, un processus qui permet de mieux travailler les raisins. Ces derniers sont acheminés dans un pressoir (pour les Blancs et Rosés) dans lequel ils macèreront quelques heures avant d’être pressurés. Cette étape de macération est essentielle afin d’extraire au maximum ses arômes, le froid permettra d’éviter une oxydation et une prise couleur trop importante. Le jus de raisin sera conduit dans des cuves inox thermo-régulées où la fermentation alcoolique peut enfin démarrer. Nous sommes donc en présence d’un moût qui ne deviendra « vin » qu’à la fin de cette fermentation. Les rouges iront directement en cuve sans passer par le pressoir, la fermentation se fera donc en présence des grains de raisins entiers. La prise de couleur et l’extraction aromatique se prolongera pendant toute la durée de la fermentation alcoolique, à savoir environ 25jours. Se déclenchera par la suite une deuxième fermentation, la malolactique. Ce n’est qu’après ses 2 étapes que nous laisserons 2 ou 3 ans élever nos rouges et selon les cuvées, soit dans des cuves Béton avec une micro oxygénation naturelle, soit dans des Foudres, soit enfin dans des Barriques.

04.

Mise en bouteille

Une fois leur fermentation alcoolique terminée et la mise au propre (soutirage) de chaque cuve, l’assemblage de fin novembre vient parfaire nos cuvées. La mise en bouteilles s’effectue dès le mois de janvier pour les vins Rosés et Blancs de l’année et après plusieurs années d’élevage pour les vins Rouge de garde. Souvent, les vignerons font plusieurs "mises" d’une même cuvée afin de conserver leur fraicheur toute l’année.

Après avoir été rincées à l’eau stérile, les bouteilles vides arrivent sur la ligne d’embouteillage. Elles sont ensuite "inertées" avec de l’azote, un gaz neutre, pour chasser l’air et protéger le vin contre l’oxygène. De son côté, le vin préalablement préparé (stabilisé, clarifié au froid, filtré et sulfité) arrive par le haut de la tireuse et s’écoule par gravité dans les bouteilles via les 16 becs de leur machine. Ces derniers assurent un remplissage avec un volume et un niveau constants de vin dans les bouteilles. Dans la foulée, elles sont bouchées sous vide et sont temporairement laissées verticales pendant quelques minutes dans un poumon afin que le bouchon qui a été compressé s'adapte au goulot. Si cette étape n’est pas respectée, il y a un risque important de bouteilles dites « couleuses ». Puis suivront les étapes de l’étiquetage, mise en carton et enfin palettisation. On a tous entendu les préventions oratoires d’un vigneron lors de la dégustation de son nectar : "Attention, le vin vient juste d’être mis en bouteilles", sous-entendu il n’est pas dans son état normal. De fait, lors de l’embouteillage, le vin subit un choc provisoire qui peut être traumatisant. Pendant cette période, la plupart des vins ne sont guère à leur avantage et se goûtent souvent mal. Cette "indisposition" reste heureusement passagère, ils retrouvent l’essentiel de leurs qualités après quelques semaines de repos complet. La mise en bouteille est donc une opération très délicate. Même si certains font la course à la sortie du nouveau millésime, vous consommateurs, ne soyez pas pressés de les déguster trop tôt car « Tout vient à point à qui sait attendre » !

05.